Bilan d’étape : parole à Frédéric Kocourek

Le budget annuel du fonds des artistes est d’environ 9 millions d’euros. Il est composé des cotisations des artistes-auteurs augmentées des contributions volontaires des Sociétés de Perception et de Répartition des Droits d’auteurs (SACEM, SACD, SCAM, SAIF, ADAGP et SOFIA). Ce budget devrait rester stable au cours des trois prochaines années, dans une fourchette comprise entre 8 et 10 millions d’euros.

Les demandes relevant des Commissions Musique & Chorégraphie et Cinéma & Audiovisuel enregistrent une augmentation de 25% par an, liée sans conteste à deux facteurs principaux :

  • La régularité de l’information, de plus en plus ciblée, vers les artistes-auteurs,
  • l’augmentation constante du nombre, de la précision et de la qualité des offres de formation.

C’est un premier constat heureux même s’il nous semble, acteurs et observateurs privilégiés que nous sommes, que cette offre est encore bien loin de ce qu’il est envisageable et souhaitable de faire en la matière.

Mais il faut laisser du temps aux auteurs et aux organismes de formation de construire, et si possible en concertation, les formations de demain. N’oublions pas que ce dispositif est très jeune !

Nos métiers d’auteurs, comme tous ceux de la création artistique, évoluent sans cesse au rythme exponentiel des développements technologiques, de la multiplication des supports de diffusion, de la dématérialisation des œuvres et de la vitesse de circulation de ces dernières.

Le temps s’accélère comme doit s’accélérer chez les auteurs et chez l’ensemble des acteurs de la filière musicale l’affermissement de la conviction que les créateurs doivent maîtriser leur environnement professionnel et les outils dont ils disposent.

La Formation Professionnelle Continue des Artistes-Auteurs est un des chantiers majeurs des dix prochaines années.

Ceux qui auront intégré au plus tôt les enjeux d’un tel chantier préserveront leur capacité à être des créateurs libres et indépendants face aux bouleversements du monde de l’art et des spectacles.

C’est toute la filière musicale qui doit s’emparer désormais de ce secteur.

Chacun de ses acteurs, à la place où il se trouve, se doit d’inscrire dans les objectifs prioritaires du développement de ses activités ce point fondamental qu’est la formation continue des auteurs qui vont produire les œuvres futures.

Que 10% seulement des auteurs et compositeurs éligibles à la formation professionnelle utilise ces moyens qui leur sont aujourd’hui acquis, et c’est le statut même de créateur qui sera valorisé, ce sont  nos droits et leur défense qui s’en trouveront renforcés.

Or, et à ce jour, nous n’avons pas encore atteint la moitié de ce chiffre. Il faut se mobiliser d’avantage encore pour expliquer et pour convaincre, pour recenser les attentes des auteurs, pour élargir les offres de formation.

Préserver la richesse et la diversité de nos écritures passe d’abord par la prise de conscience par l’ensemble des acteurs de la filière musicale de cet état de fait : Rien ne prédispose plus à l’uniformisation culturelle que le manque de formation.

Bilan et perspectives

Le 25 janvier, formation « La gestion collective des droits voisins « 

10-11-2015 - Formation Régime Social et Fiscal des auteurs

La CSDEM, par l’intermédiaire de son partenariat avec l’ACDMF, développe depuis 2012 son programme de formations.

La prochaine session de formation sur les métiers de l’édition musicale portera sur « La gestion collective des droits voisins « . Elle aura lieu le 25 janvier 2016 à la SACEM.

Vous trouverez le programme détaillé et la fiche d’inscription ici !