NEWS DE L’EDITION – FEVRIER 2021

CMN : « NOUS NE RENONCERONS PAS AUX GRANDES MANIFESTATIONS CULTURELLES » (PHILIPPE BÉLAVAL)

Paris – Publié le mardi 9 février 2021 – Actualité n° 207831

« Il y a une controverse que je vois monter dans les milieux culturels : celle de savoir si les manifestations de grande ampleur seront encore adaptées au “monde d’après”, tant du point de vue budgétaire qu’opérationnel. Le CMN n’y renoncera pas, car dans les prochains mois et années, il va nous falloir travailler avec le public de proximité, vis-à-vis duquel la question de la fidélisation se pose de manière particulièrement aiguë. Les événements permettent justement de revenir voir un monument que l’on croit bien connaître. De plus, il est indispensable que Paris et la France maintiennent leur attractivité à l’international, même si celle-ci reste pendant un moment uniquement possible via les réseaux sociaux. Parmi les manifestations d’envergure que nous avons choisi de maintenir, figure l’emballage de l’Arc de triomphe (Paris 8e) par Christo (1935-2020) qui aura lieu en septembre 2021 », déclare Philippe Bélaval, président du CMN, lors de la conférence de rentrée du réseau le 09/02/2021. 

« En parallèle, nous devons développer notre agilité et nous adapter au nouveau contexte sanitaire. Nous avons réservé des crédits dans notre budget de programmation culturelle pour des manifestations en circuit court qui peuvent facilement être organisées et participer à la relance de la vie des territoires. Nous avons la chance de posséder un réseau de “lieux culturels circulants” et donc, comme l’a annoncée Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, d’être les ERP qui rouvriront en premier. Nous en profiterons pour inviter en nombre les artistes du spectacle vivant, en proposant des formes de création déambulatoires dans nos monuments. La réouverture des sites se fera en musique, en faisant appel à des artistes du territoire, des musiciens “du cru”, qui pourront ainsi retrouver leur public avant la réouverture des salles de concert » ajoute le président du CMN.

D’autres stratégies sont également citées par Philippe Bélaval « pour rebondir », notamment « envisager les monuments comme des tiers-lieux pour reconstruire le lien social », « créer un centre de formation interne au CMN » ou encore « développer les contenus numériques de fond et pérennes ».

© D.R.

Situation de l’établissement 

  • La crise sanitaire a entraîné une chute de la fréquentation et donc une chute des ressources propres et du taux d’autofinancement. 
  • L’établissement ne fonctionne normalement que grâce à la subvention du plan de relance qui est de :
    • 100 M€ pour le projet de la Cité internationale de la langue française au sein du château de Villers-Cotterêts (Aisne),
    • 40 M€ pour les autres monuments du réseau.
  • 60 % des crédits de cette subvention ont déjà été engagés « grâce aux dossiers préparés en amont et à la capacité des équipes du CMN de lancer et d’attribuer rapidement des marchés publics ». 
  • Le budget 2021 est bâti sur une prévision de 5 millions de visiteurs (contre 9,97 millions en 2019 et 3,51 millions en 2020). 
  • Le mandat de Philippe Bélaval, président du CMN depuis 2012, s’achèvera en juin 2021. 

Fréquentation 2020 de quelques monuments gérés par le CMN

Monuments gérés par le CMN201820192020Variation 2019-2020
Mont-Saint-Michel (Manche), abbaye1 396 4211 479 293460 000-68,9 %
Arc de Triomphe (Paris)1 698 1391 606 711428 642-73,3 %
Sainte-Chapelle (Paris)1 270 5261 375 609269 434-80,4 %
Carcassonne (Aude), château comtal et remparts597 816621 146266 751-57,1 %
Panthéon (Paris)860 942875 671223 217-74,5 %
Azay-le-rideau (Indre-et-Loire), château307 290310 322149 069-52,0 %
Conciergerie (Paris)440 571455 913137 066-69,9 %
Angers (Maine-et-Loire), château du roi René246 871247 741126 481-48,9 %
Aigues-Mortes (Gard), remparts178 613191 604110 917-42,1 %
Total6 997 1897 164 0102 171 577

 Les « stratégies pour rebondir »

  • Mettre en place un protocole sanitaire strict pour assurer la sécurité des visiteurs et des équipes dès la réouverture des sites
  • Faire valoir le rôle primordial du patrimoine en temps de crise « puisqu’il porte dans son essence-même les valeurs de permanence et de stabilité qui nous font défaut à un moment donné où nous craignons tous d’être submergés par l’éphémère ».
  • Envisager les monuments comme des tiers-lieux où la vie se développe, se maintient et où la reconstruction du lien social peut avoir lieu
  • Développer l’agilité dans la programmation, la capacité de l’établissement à faire du stop and go,c’est-à-dire à moduler son activité en fonction de la situation sanitaire et de l’état de la société
  • Maintenir les grandes manifestations culturelles pour attirer le public de proximité et continuer à rayonner à l’international
  • Sur le plan numérique : 
    • proposer davantage de contenus numériques de fond et pérennes (l’établissement s’était davantage concentré sur “l”événementiel” lors du premier confinement),
    • développer les visites guidées à distance pour les scolaires et le grand public, 
    • renforcer la présence du CMN sur les réseaux sociaux, notamment en ouvrant des comptes sur LinkedIn et sur TikTok,
    • refondre entièrement les sites Internet du réseau dont l’ergonomie n’est déjà plus adaptée malgré leur récente conception (six ans),
  • Accroître le nombre d’« institutions prestigieuses » qui font partie de la carte d’abonnement annuelle et illimitée « Passion Monuments »,
  • Créer, au printemps 2021, un centre de formation interne au CMN (le CMN Institut) à destination de tous les acteurs du patrimoine – publics comme privés – qui privilégiera deux axes :
    • l’ouverture d’un monument au public,
    • la maîtrise d’ouvrage et la conduite de travaux sur des monuments historiques.
  • Faire sortir les monuments hors de leurs murs pour aller à la rencontre de nouveaux publics, grâce à un partenariat avec les centres commerciaux Klépierre qui installeront en leur sein des espaces de présentation mettant à l’honneur les grottes de Font-de-Gaume (Dordogne) et l’abbaye du Mont-Saint-Michel (Manche).

Calendrier des chantiers patrimoniaux :

2021

  • Ouverture de l’Hôtel de la Marine (Paris 8e)
    • dans un premier temps (avril) les anciens appartements du XVIIIe siècle de l’intendant du Garde-Meuble ainsi que les salons d’apparat du XIXe siècle et la loggia
    • dans un second temps (entre avril et septembre 2021) les restaurants et les galeries d’exposition de la Collection Al Thani
    • le nouveau site est déjà mis en ligne 
  • Visite des parties basses de La colonne de Juillet (Paris 4e)
    • en juillet au moment de l’anniversaire des Trois Glorieuses

Entre 2021 et 2023 :

  • la restauration des remparts nord du château d’Angers (Maine-et-Loire)
  • la restauration de l’abbaye de Beaulieu-en-Rouergue (Tarn-et-Garonne) et la création d’un parcours muséal exposant la collection Brache-Bonnefoi
  • la restauration de la dernière partie du chemin de ronde de la cité de Carcassonne (Aude)
    • permettra au public d’effectuer un tour complet des remparts
  • la restauration des façades du palais du Tau à Reims (Marne)
    • dans le cadre d’un programme de restauration complet du bâtiment et d’aménagement d’un nouveau parcours de visite
  • l’ouverture du parcours de visite de la Cité internationale de la langue française au sein du château de Villers-Cotterêts 
  • l’inauguration du site archéologique d’Ensérune (Hérault)
    • restructuration du musée et construction d’un nouveau bâtiment d’accueil

En 2024

  • l’aménagement d’un nouveau ponton, de nouveaux espaces d’accueil et d’un restaurant au château d’If (Bouches-du-Rhône)
  • la réouverture du parcours de visite des tours de Notre-Dame (Paris 4e)

Entre 2025 et 2030 

  • la réunification de la Conciergerie et de la Sainte-Chapelle (Paris 1er) au sein du Palais de la cité et la réouverture d’espaces jusque là occupés par la Préfecture de Police
  • la restauration de la Villa Savoye à Poissy (Yvelines) parallèlement à la création, à côté, d’un musée Le Corbusier réunissant les fonds d’archive de l’architecte
  • la restauration du château de Pierrefonds (Oise)
  • la restauration des décors intérieurs du château de Rambouillet (Yvelines)
  • la restauration de la Chapelle expiatoire (Paris 8e)