NEWS DE L’EDITION – MAI 2020

« LES 50 M€ ANNONCÉS PAR LE PRÉSIDENT RÉARMENT, BUDGÉTAIREMENT, LE CNM » (JEAN-PHILIPPE THIELLAY)

Paris – Publié le lundi 11 mai 2020 à 10 h 00 – Interview n° 182722

© Lola Loubet
« Les 50 M€ de dotation au CNM annoncés par le Président de la République sont un geste significatif. Ils se situent au-delà de la simple reconstitution des fonds ayant servi à mettre en place le fonds de secours mi-mars, et de la compensation de la perte nette de taxe sur la billetterie des spectacles qui sera celle du CNM cette année, qu’on évalue à environ 28 M€. Ces 50 M€ réarment, budgétairement, le CNM. (…) Je trouve très positif que le message envoyé par le secteur de la musique ait été entendu. Et que le rôle du CNM, qui n’a que quatre mois d’existence, soit ainsi affirmé en tant que maison commune de la musique », déclare Jean-Philippe Thiellay, président du CNM, à News Tank le 11/05/2020.

Jean-Philippe Thiellay indique que ces fonds devront « venir aider les entreprises en difficulté » mais « surtout servir de levier pour le redémarrage de l’activité dans tous les secteurs de la musique, et d’abord dans celui du spectacle vivant qui est sinistré ». Il dresse par ailleurs un premier bilan du fonds de secours aux TPE et PME du spectacle de musique et de variétés, mis en place par l’établissement le 18/03/2020 : 2,8 M€ d’aides ont été versés à 327 structures. « Ces aides ont contribué à soutenir ces structures pour surmonter des problèmes de trésorerie à horizon juin 2020. Nous soumettrons au CA de cette semaine une proposition visant à allonger cette période jusqu’au 31/08/2020, pour tenir compte des entreprises dont la situation se dégrade avec l’allongement de l’arrêt de leur activité », précise Jean-Philippe Thiellay, qui répond aux questions de News Tank.

Comment avez-vous accueilli l’annonce du Président de République, le 06/05/2020, de doter le CNM de 50 M€ pour 2020 ?

Je trouve très positif que le message envoyé par le secteur de la musique ait été entendu. Et que le rôle du CNM, qui n’a que quatre mois d’existence, soit ainsi affirmé en tant que maison commune de la musique. Le secteur traverse une crise terrible. Nous avons affiné nos estimations quant aux pertes que va subir l’ensemble de la filière musicale en France, et celles-ci oscillent entre 1,5 et 2 Md€. Les 50 M€ de dotation au CNM annoncés par le Président de la République sont un geste significatif. Ils se situent au-delà de la simple reconstitution des fonds ayant servi à mettre en place le fonds de secours mi-mars, et de la compensation de la perte nette de taxe sur la billetterie des spectacles qui sera celle du CNM cette année, qu’on évalue à environ 28 M€. Ces 50 M€ réarment, budgétairement, le CNM. Et nous sommes heureux de pouvoir bâtir à nouveau.

De quelle manière vont être utilisés ces 50 M€ ?

Le premier objectif, après cette annonce, est de nous concerter avec la filière pour définir la manière la plus intelligente et la plus solidaire possible d’utiliser ces fonds. Le conseil professionnel du CNM n’a pas encore été désigné, mais le ministre de la Culture a indiqué que la composition de ce conseil serait arrêtée dans le courant du mois de mai. J’ai lancé depuis trois semaines des ateliers hebdomadaires sur le spectacle, la musique enregistrée et les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, qui serviront de socle pour cette concertation. S’il est évident qu’une partie de cet argent devra venir aider les entreprises en difficulté, ces fonds devront surtout servir de levier pour le redémarrage de l’activité dans tous les secteurs de la musique, et d’abord dans celui du spectacle vivant qui est sinistré.

“Le CNM de la fin 2020 ne sera pas exactement celui que le législateur avait imaginé dans la loi du 30/10/2019, en tout cas quant à son mode de financement”

Ensuite, il y a une question de calendrier : j’espère que ces 50 M€ seront votés dans le cadre d’une prochaine loi de finances rectificative, mais je n’ai aucune date précise à ce sujet pour le moment. C’est une question de semaines, je pense. Nous souhaitons redémarrer les commissions du CNM le plus vite possible, mais cela dépendra du moment où les crédits seront effectivement reconstitués.

La musique enregistrée et l’édition musicale sont, pour l’instant, absentes des plans de soutien spécifiques du Gouvernement. Le CNM a-t-il clairement vocation à les accompagner au même titre que le spectacle vivant ?

Le conseil d’administration du CNM se tient le 15/05/2020 et il lui sera proposé de faire évoluer les critères d’éligibilité pour le fonds de secours mis en place pour les PME et TPE du spectacle mi-mars. Il y a par ailleurs un projet de fonds de secours pour la musique enregistrée (labels, distributeurs et disquaires) et l’édition musicale, et c’est une très bonne chose.

Plus largement, je pense que nous sommes dans un moment de refondation. 2021 va être une année d’incertitude : que va-t-il se passer pour la taxe sur les spectacles ? Quelle sera la situation des OGC  ? Nous sommes dans un moment de réflexion sur le modèle de financement de la maison commune de la musique. Le CNM de la fin 2020 ne sera pas exactement celui que le législateur avait imaginé dans la loi du 30/10/2019, en tout cas quant à son mode de financement.

Cela veut-il dire que l’État devra consentir au même geste budgétaire pour 2021 ?

Je suis, déjà, reconnaissant pour ce geste en 2020. Mais de toute évidence, il ne s’agit que d’une première étape. Les questions de sécurité dans la gestion de la crise sanitaire sont évidemment importantes et complexes à la fois, nous ne savons pas encore quand les salles pourront rouvrir. Sans rien présager de ce que sera l’avenir, car il est encore trop tôt, on peut tout de même avancer qu’il s’agit d’une période où les cartes vont être rebattues.

Quel bilan tirez-vous du fonds de secours que vous avez mis en place mi-mars ?

Nous avons versé 2,8 M€ d’aides, soit environ un quart du fonds, et aidé 327 structures, et ce en cinq vagues d’examen de dossiers. Le montant moyen octroyé est de 8 600 €. Nous avons aidé à 52 % des associations et à 48 % des structures commerciales. Dans l’ensemble, 20 % émanent du champ de la musique classique, du lyrique et du contemporain. Ces aides, relativement bien réparties sur le territoire, sont intervenues en complémentarité avec celles de l’État, et ont contribué à soutenir ces structures à surmonter des problèmes de trésorerie à horizon juin 2020. Nous soumettrons au CA de cette semaine une proposition visant à allonger cette période jusqu’au 31/08/2020, pour tenir compte des entreprises dont la situation se dégrade avec l’allongement de l’arrêt de leur activité. Nous allons également augmenter le plafond, et permettre, enfin, aux structures ayant bénéficié d’une première aide, de prétendre à une seconde, dans la limite de ce nouveau plafond.

“Les aides du fonds de secours ont été versées à 52 % des associations et à 48 % des structures commerciales”


Nous recevons énormément de messages de structures que nous avons soutenues, qui sont très satisfaites et ont la sensation que nous avons été à l’écoute, rapides et efficaces dans la gestion de leurs problèmes, et c’est important pour l’équipe du CNM.

Les actions du CNM dans la lutte contre le Covid-191

Le fonds de secours aux TPE/PME du spectacle de musique et de variétés

  • Création de ce fonds de secours par le CA du CNM, le 18/03/2020
  • Doté de 11,5 M€
  • Abondé par le CNM, à hauteur de 10 M€, et par la Sacem, l’Adami et la Spedidam, à hauteur de 500 K€ chacune
  • Chaque aide de trésorerie est plafonnée à 11 500 €
  • Comprend « une incitation pour le demandeur à verser aux artistes une compensation pour les spectacles annulés et une mesure de solidarité avec les auteurs et les compositeurs en difficulté »
  • L’aide est versée « au plus tard dans les trois semaines suivant le dépôt de la demande »
  • Demande, téléchargeable depuis le 23/03/2020 sur le site du CNM, à adresser à secours@cnv.fr