NEWS DE L’EDITION – SEPTEMBRE 2019

« L’ÉDITION A MOINS SUBI LA CRISE MAIS LES ENTREPRISES SONT FRAGILISÉES » (NICOLAS GALIBERT, SONY/ATV)

Paris – Publié le jeudi 12 septembre 2019

© Lionel Pages

« Sony/ATV doit représenter environ 25 % de l’édition musicale mondiale. (…) Le souci de la confidentialité joue encore dans notre secteur et nous nous tenons de très près, Sony/ATV et Universal Publishing, sans que l’on sache exactement, année après année et pays par pays, quelles sont nos positions respectives », déclare Nicolas Galibert, président de Sony/ATV Music Publishing France, dans un entretien à News Tank, le 12/09/2019, alors que la filiale d’édition musicale de Sony Corporation a été réunie le 01/08/2019 avec les activité de musique enregistrée au sein de la nouvelle entité Sony Music Group. « Sony confirme ainsi son implication dans les contenus culturels ou de loisir et le démontre avec cette démarche planifiée et progressive. L’entreprise est stable et déterminée, à terme, à faire fructifier ses contenus », ajoute-t-il.

Quant au secteur de l’édition musicale, « du point de vue macroéconomique – les répartitions Sacem, le streaming… -, ça va mieux. L’édition a moins subi la crise, notamment parce que la synchronisation a été considérablement développée. (…) Cela explique en partie pourquoi, alors que le chiffre d’affaires du disque s’est réduit, celui de l’édition s’est maintenu et même développé, mais au bénéfice d’ayants-droit confirmés », déclare-t-il.

Évolutions de l’édition musicale, revendication d’un crédit d’impôt éditeur, consolidation de Sony/ATV depuis l’absorption d’EMI et la prise de contrôle complète par Sony Corporation, gouvernance de l’entreprise, Nicolas Galibert répond aux questions de News Tank.

La visibilité de l’édition musicale a beaucoup changé en France ces dernières années. Est-ce le fruit d’une volonté des professionnels ?

À l’occasion du rachat de ses éditions au début des années 1990, un producteur indépendant de renom m’a reçu au Fouquet’s, sur les Champs-Élysées – tout un symbole – et il m’a donné deux conseils : « N’attend aucune reconnaissance des artistes pour qui tu travailles ; surtout, ne fais pas de vagues. » Je me suis dit que j’allais faire tout le contraire.

” En ce qui concerne Sony/ATV, nous avons l’obligation, comme tous les salariés de Sony, de suivre chaque année une session sur les questions éthiques. “

J’appartiens à la génération de la CSDEM qui a créé la base BOEM, la formation aux métiers de l’édition, la soirée des Prix de la Création. Je considère que l’édition doit être visible, revendiquée, assumée. Tant mieux, parce qu’aujourd’hui, les jeunes artistes savent très bien comment aborder les questions d’édition, comment morceler leurs droits, comment lire un contrat…

Ces dernières décennies ont été notamment marquées par une volonté de moralisation du métier de l’édition musicale…

On a longtemps connu des éditeurs qui montaient des structures de sous-édition à l’étranger, lesquelles conservaient 50 % des droits et ne faisaient remonter que 50 % à l’éditeur d’origine en France – leur société-mère – qui partageait moitié-moitié avec l’auteur. Celui-ci touchait alors 25 % et l’éditeur, 75 %. Ce montage permettait d’enrichir des entreprises, de construire des catalogues attractifs qui ensuite étaient revendus. Et c’était parfaitement légal.

Depuis des années, effectivement, la CSDEM, notamment avec ses formations au métier d’éditeur, remonte le courant. En ce qui concerne Sony/ATV, nous avons l’obligation, comme tous les salariés de Sony, de suivre chaque année une session sur les questions éthiques. En outre, chaque salarié et chaque artiste peut appeler une hot line pour signaler, avec un anonymat garanti, tout ce qui lui semble être un manquement à l’éthique dans les relations avec les artistes, les métiers, l’extérieur de l’entreprise… La volonté de Sony Corporation est claire : préserver une réputation, souder les équipes et ne pas s’exposer à des poursuites qui, en termes d’image, seraient déplorables.

Dans l’argumentation pour soutenir la revendication d’un crédit d’impôt éditeurs, on entend souvent parler d’une dégradation du métier d’éditeur.

L’édition est à la fois plus forte et plus visible. En France, l’édition vernaculaire – en langue et en production françaises – est fragile parce que cantonnée à un territoire limité, contrairement aux artistes et éditeurs anglophones qui ont le monde comme terrain de jeu.

La musique n’est pas en crise : elle subit une mutation d’ordre géologique. L’économie numérique, avec ses micro-transactions sur une multitude de plateformes, fait que les rendements sont de plus en plus projetés dans le temps. L’économie de la filière musicale rebondit depuis deux ans, mais surtout au bénéfice de l’industrie. Notre situation n’est pas comparable en termes de revenus.

” Il n’est pas normal que nous ne soyons pas aidés de la même manière que les acteurs culturels du même secteur – les producteurs de spectacles et les labels. “

Dans ce changement d’ère, nous avons besoin de nous adapter et donc d’être accompagnés parce qu’acteurs de la diversité. Nous prenons de plus en plus de risques sur les artistes en développement, nous nous impliquons beaucoup plus loin dans le développement car les labels signent aujourd’hui les projets à un état plus avancé : nous pré-produisons, préparons l’artiste à la scène, produisons même… Nous retrouvons des couleurs parce que nous accompagnons plus loin les artistes. Sony/ATV, par exemple, a donné à Fauve, Petit Biscuit ou Feu ! Chatterton les moyens de produire leur premier EP ou leur premier album.

Il n’est pas normal que nous ne soyons pas aidés, par le crédit d’impôt, de la même manière que les acteurs culturels du même secteur – les producteurs de spectacles et les labels. S’il y a des lendemains qui chantent, nous n’avons jamais été aussi fragilisés, comme par la piraterie (qui existe toujours sous d’autres formes), des accords de rémunération avec certains acteurs, des affaires comme les tensions avec Canal + il y a deux ans…

Autrement dit, l’écosystème va mieux, mais les entreprises sont plus fragiles ?

Du point de vue macroéconomique – les répartitions Sacem, le streaming… -, ça va mieux. L’édition a moins subi la crise, notamment parce que la synchronisation a été considérablement développée. Marty Bandier [à la tête de Sony/ATV de 2006 à 2018, NDLR] avait bien perçu que c’était un des enjeux de l’édition et a positionné les œuvres Sony/ATV non seulement dans la publicité, mais aussi dans le cinéma, les jeux vidéo, les séries… Cela explique en partie pourquoi, alors que le chiffre d’affaires du disque s’est réduit, celui de l’édition s’est maintenu et même développé, mais au bénéfice d’ayants-droit confirmés.

C’est d’ailleurs ce qui sous-tend le projet de Vivendi d’ouvrir le capital d’Universal, puisque la musique enregistrée bénéficie largement de la dématérialisation mais aussi des revenus générés par les droits voisins – copie privée et rémunération équitable.

Mais les entreprises sont fragilisées en termes de retour sur investissement. Je suis néanmoins admiratif quand je rencontre des jeunes qui se lancent dans l’édition aujourd’hui car j’ai parfois l’impression que ce n’est pas un métier qui offre des perspectives solides à quelqu’un qui débute.

L’émergence des nouveaux talents devient plus difficile parce que le marché s’attache beaucoup plus à des titres qu’à des albums, alors que le format de l’album permet de construire des carrières en présentant un artiste avec des propositions diverses.

L’exposition des artistes en radio a pour finalité la vente d’un album mais, dans le streaming, il est plus difficile de faire connaître un univers – compte tenu notamment de la force de la musique urbaine qui promeut en somme un modèle bâti sur une succession de fulgurances. C’est un modèle compliqué à lire et qui rend difficile l’émergence des talents. Révéler Clara Luciani, par exemple, a été très long, en passant par la scène, la presse et la radio, de manière très classique.

Comment Sony/ATV se positionne-t-il sur l’urbain ?

Je pense qu’à certains égards, le rap remplace le rock. Son moteur d’expression, une façon d’exister par rapport aux autres générations, à la société, à l’autorité, se retrouve dans le rap, musique beaucoup plus hybride socialement, avec un métissage très fort qui correspond à la population d’aujourd’hui. Beaucoup de choses que l’on trouve dans les textes, les sons, l’attitude des artistes de musiques urbaines ne sont pas loin des codes du rock. Le rap exprime aujourd’hui ce que le rock exprimait il y a cinquante ans.

Pourquoi la France est-elle la deuxième nation du rap ? Parce que nous avons une tradition du texte, peut-être plus encore qu’une tradition de la mélodie. Et dans les réactions des jeunes devant Koba LaD, on revoit un peu de la Beatlesmania.

Quelle est la taille de votre roster ?

Nous avons entre soixante et quatre-vingt artistes actifs – auteurs et compositeurs. Nous avons toujours été sélectifs parce que nous étions la petite major, mais maintenant que nous avons absorbé un de nos plus gros concurrents, nous avons dû ajuster nos équipes et nos ressources.

” En termes de revenus, le ratio entre back catalog et œuvres récentes, local et international confondus, est de 40/60, l’international ayant pris énormément de poids avec EMI. “

Nous avons trois DA à plein temps avec une implication forte sur l’urbain, qui nous a permis de signer Koba LaD, Maes, Zola, Youv Dee, Kikesa ou Niska.

En termes de revenus, le ratio entre back catalog et œuvres récentes, local et international confondus, est de 40/60, l’international ayant pris énormément de poids avec EMI, dont le catalogue est beaucoup plus profond dans le temps. Il faut dire qu’EMI a énormément signé et énormément racheté au cours de son histoire. En France, pendant des années, une bonne partie des acquisitions que je tentais de faire partaient chez EMI. Je retrouve maintenant, donc, les catalogues Hortensia, Crécelles et Sidonie, Céline Musique, Back To Paris et quelques autres qui m’avaient échappé. Sur le local, la part du back catalog est un peu plus importante que sur l’ensemble : 55 % environ contre 45 % sur le répertoire récent.

Quelle est votre répartition entre local et international, vu l’immensité du catalogue anglo-saxon de Sony/ATV ?

Deux tiers d’international et un tiers de local, notamment parce qu’on collecte les droits mécaniques et qu’il y a d’énormes synchronisations sur des catalogues comme ceux des Beatles, des Rolling Stones, de David Bowie, de Sting, de Queen ou de Michael Jackson… Mais les droits numériques des catalogues anglo-saxons ne nous reviennent plus directement puisqu’ils ne sont pas collectés par la Sacem.

Sony/ATV est aujourd’hui le premier éditeur de musique au monde. Quelle est sa part de marché ?

Sony/ATV doit représenter environ 25 % de l’édition mondiale. En Europe, c’est principalement un secteur en B2B, ce qui induit que l’Union européenne, par exemple, ne soit pas aussi exigeante sur le risque de position dominante que pour la production discographique ou la production de spectacles, qui sont des secteurs B2C dans lesquels les entreprises interfèrent directement sur les prix. De plus, nous n’influons guère sur les tarifs car 80 % de nos revenus proviennent de la gestion collective. Nos auteurs ne sont pas mieux rémunérés au passage en radio ou en télé, ou au streaming, que s’ils sont chez un éditeur indépendant.

Le souci de la confidentialité joue encore dans notre secteur et nous nous tenons de très près, Sony/ATV et Universal Publishing, sans que l’on sache exactement, année après année et pays par pays, quelles sont nos positions respectives.

Historiquement, nous avons pris de l’autonomie par rapport à Sony Music. Mon premier job a été  chez CBS Disques en 1985. Puis, lorsque j’ai constitué l’édition au début des années 1990, nous étions deux – un DA et moi. Ensuite, en 1988, CBS Disques et sa nouvelle maison d’édition sont rachetés par Sony, avant le coup de génie de Michael Jackson, qui après avoir acquis ATV, crée une joint venture avec Sony. Sony/ATV devient alors une structure hybride, avec un board spécifique auquel siègent Sony et Michael Jackson Estate. L’entreprise s’est donc développée en tant que structure détachée de Sony.

Justement, le 01/08/2019 est né Sony Music Group, entité réunissant Sony Music et Sony/ATV. Désormais, Jon Platt, directeur général de Sony/ATV Music Publishing, reportera à Rob Stringer, directeur général de Sony Music Entertainment. Comment faut-il interpréter cette réorganisation ?

Sony Music et Sony/ATV étaient deux filiales de Sony Corporation indépendantes du point de vue capitalistique. Cette réorganisation survient maintenant notamment parce que Sony Corporation détient désormais la totalité du capital de Sony/ATV et a absorbé EMI.

” Sony Corporation est intégralement propriétaire de ses éditions et, pour des raisons techniques, comptables, fiscales ou opérationnelles, EMI Publishing est en cours de fusion dans Sony/ATV. “

Souvenez-vous que l’histoire de Sony/ATV est complexe. Au départ, en 1988, Marty Bandier rachète avec deux partenaires CBS Songs, qui devient SBK (S pour Stephen Swid, B pour Marty Bandier et K pour Charles Koppelman). En 1989, ils revendent à EMI et Bandier prend la vice-présidente puis la présidence d’EMI Music Publishing pour le monde.

Sony Music Publishing est alors la plus petite major de l’édition qui monte. En 1995, elle fusionne avec ATV, propriété de Michael Jackson, depuis 1985. Montage singulier puisque Michael Jackson vend ATV à Sony tout en devenant copropriétaire de son acheteur. Sony/ATV devient une joint venture entre Sony et Michael Jackson, ensuite remplacé par son Estate.

En 2012, Marty Bandier, qui a été remercié d’EMI, est devenu le CEO de Sony/ATV. Il entreprend alors de racheter EMI Publishing, ce qui est une ambition d’éditeur mais sans doute aussi une manière de prendre une revanche sur le destin. 40 % des parts d’EMI Publishing sont rachetées pour moitié par Sony Corporation, pour moitié par Michael Jackson Estate, et 60 % par un groupe d’investisseurs Mudabala, David Geffen et Blackstone. Mais c’est Sony/ATV qui gère et exploite l’ensemble. 

En 2016, Sony Corporation consolide ses positions capitalistiques et rachète les parts dans Sony/ATV de Michael Jackson Estate, qui conserve ses 10 % d’EMI Publishing. Enfin, en 2018, Sony Corporation rachète les 60 % des fonds et les 10 % de Michael Jackson Estate.

Aujourd’hui, Sony Corporation est donc intégralement propriétaire de ses éditions et, pour des raisons techniques, comptables, fiscales ou opérationnelles, EMI Publishing est en cours de fusion dans Sony/ATV.

Au-delà de ce contexte capitalistique, on sait qu’historiquement, dans les groupes de musique, le publishing a longtemps reporté au disque au sein des majors.

Cette réorganisation est une bonne nouvelle pour les auteurs et compositeurs qui ont choisi d’être édités par Sony/ATV, et une bonne nouvelle aussi pour ses salariés. Car Sony confirme ainsi son implication dans les contenus culturels ou de loisir et le démontre avec cette démarche planifiée et progressive. L’entreprise est stable et déterminée, à terme, à faire fructifier ses contenus. Artistes et salariés peuvent se projeter dans le temps, ce qui est bénéfique pour l’édition.

Cela change-t-il quelque chose dans votre organisation en France ?

Je suis soucieux de mon indépendance en tant qu’éditeur local. Nous avons beaucoup travaillé à construire la marque Sony/ATV France et à lui donner cette identité d’éditeur à part entière, avec des artistes qui peuvent travailler de façon flexible avec tous les labels et tous les tourneurs.

“Les éditeurs ont souvent moins d’ego que d’autres personnalités de la filière. “

Cette culture d’entreprise ne s’est pas altérée quand Sony/ATV est devenu une grosse société. Ce n’est pas une question d’ego – les éditeurs ont souvent moins d’ego que d’autres personnalités de la filière -, c’est l’intérêt de l’entreprise. J’ai l’intime conviction que Sony/ATV est une marque qui compte en France avec une image de fiabilité, un certain style de management dans lequel les salariés donnent le meilleur d’eux-mêmes au service des artistes et de leur projet. Mais il reste encore un gros chantier de consolidation des entreprises absorbées ces dernières années.

Dans cette organisation, je continuerai de reporter, comme toutes les filiales européennes, au vice-président européen, basé à Londres, qui reporte à Jon Platt. La relation directe avec Jon Platt existe notamment via des rapports d’activité mensuels ou des conférences téléphoniques régulières.

EMI Publishing France est-il totalement absorbé ?

Entre juillet et décembre 2012, toutes les équipes ont été rassemblées et fusionnées. Le Michael Jackson Estate ou Mudabala n’ayant pas eu de rôle opérationnel, rien n’a changé depuis pour l’artistique, au plan opérationnel pour le copyright ou les royalties, si ce n’est des simplifications de reporting.

Plusieurs marques perdurent en catalogues et en sociétés, et conservent des comptes distincts à la Sacem – EMI, Alouette, Sidonie, Delabel, Call me… Mais je suis mandataire social de toutes ces sociétés – directeur général, président ou gérant selon leur statut. Maintenant que Sony a complètement la main, le chantier de la consolidation de l’ensemble va encore durer quelques années.